Taille
Imprimer

Renseignements utiles

Le fleuve St-Laurent

En bref

 

  • 17ème rang parmi les fleuves les plus longs au monde
  • Source : embouchure du Lac Ontario à Kingston
  • Longueur : 1 600 km (du Lac Ontario jusqu'à l'Atlantique)
  • Largeur : 100 km à la hauteur de Sept-îles
  • Parsemé de 600 îles et archipels
  • Comprend 3 lacs fluviaux : lac Saint-Louis, lac Saint-François, lac Saint-Pierre
  • 350 rivières s'y déversent
  • Soumis à des marées atteignant jusqu'à 7 m à St-François de l'île d'Orléans
  • Les marées cessent à Trois-Rivières
  • La salinité de l'eau commence à l'est (en aval) de l'île d'Orléans (salée jusqu'à Tadoussac et saumâtre jusqu'au Cap Tourmente)
  • 3 sections : le fleuve, l'estuaire et le golfe
  • Navigable en toutes saisons
  • Bassin de drainage : 1/10 des réserves mondiales en eau douce
  • 80 % de la population du Québec habite sur les rives du Saint-Laurent

 

De la "Rivière qui marche" au "Saint-Laurent"
Lorsque les premiers Européens s’aventurèrent sur les eaux du Saint-Laurent, les noms qu’ils lui donnèrent furent nombreux, tels que « Rivière des morues » et
« Grande Rivière ».

 

Toutefois, longtemps avant, les Amérindiens l’avaient surnommé la « Rivière qui marche » en été et la « Rivière qui glisse » en hiver.

 

C’est cependant au navigateur Jacques Cartier, lors de son second voyage en Amérique en 1535, que l’on concède la découverte officielle du fleuve. Celui-ci le baptisera « Saint Laurent », faisant référence au nom du saint du jour, Saint-Laurent, jour où Jacques Cartier aurait navigué pour la première fois sur le fleuve soit le 10 août.

 

C'est donc au XVIIe siècle que le toponyme Fleuve Saint-Laurent a fini par supplanter ses concurrents.

 

Formation géologique du plus jeune fleuve du monde
Le site actuel de la vallée du Saint-Laurent était occupé, voilà près d'un milliard d'années, par un plateau d'une élévation semblable à celui du Tibet actuel. Il y a environ 600 millions d'années, le supercontinent Pannotia se fragmenta en quatre sous-continents, Laurentia, Baltica, Sibéria et Gondwana qui donnèrent naissance dans la région à un immense océan appelé Iapetus. Au même moment se formèrent de nombreuses cassures et fossés le long de l'axe devant former le futur fleuve Saint-Laurent.

 

Lors de la dernière glaciation dite de Wisconsin, une immense calotte glaciaire, l’Inlandsis laurentidien, recouvrait une bonne partie du continent nord-américain. Les glaces en se retirant suite au réchauffement climatique intervenu il y a environ 12 000 ans laisseront place derrière elle dans l'actuelle vallée du fleuve Saint-Laurent à une vaste mer intérieure, la mer de Champlain.

 

Suite à l'élévation des terres par un phénomène d'isostasie la mer se retirera à son tour pour laisser place à l'actuel fleuve Saint-Laurent.

 

La fonte complète de l'Inlandsis laurentidien, vers 6 500 ans av. J.-C., donnera naissance au réseau hydrographique du fleuve Saint-Laurent.

 

Peuplement de la vallée...

Des autochtones aux Français

Des fouilles archéologiques permettent d'évaluer une présence amérindienne en bordure du fleuve à près de 9 000 ans av. J.-C.

 

Les Vikings furent le premier peuple européen à débarquer en Amérique, sur la côte du Labrador vers l’an 1000. Cinq siècles plus tard, des pêcheurs européens basques chassaient la baleine dans le Saint-Laurent. 1534 marque la  venue de l’explorateur français Jacques Cartier et la naissance de la Nouvelle France !


Le fleuve, véritable porte d'entrée

Le fleuve constitue la porte d’entrée par laquelle les Européens arrivent en Amérique du Nord d’où sa grande importance pour le développement de ce nouveau territoire. La pêche le long de son littoral, mais surtout l’effervescence de la traite des fourrures entraîne une avancée profonde sur ce cours d’eau et vers l’intérieur des terres. Ce commerce que l’on y pratique de plus en plus permettra la construction de postes de traite le long du Saint-Laurent, ce qui favorisera l’occupation humaine du territoire. Sa présence a favorisé la naissance de villages et de villes, ainsi que leur industrialisation. L’arrivée d’un trafic maritime sur le Saint-Laurent a permis des échanges de toutes sortes et le développement que l’on connaît aujourd’hui. Le fleuve accueille désormais la venue de voyageurs des quatre coins du monde, tous désireux de connaître les milles et un secrets de ce milieu.